Tag Archives: aventure

Working Holiday Visa en Nouvelle-Zelande : Dossier complet

Romain Buisson, français et en voyage depuis plus de 5 ans, nous fait partager son récit  en Nouvelle Zélande Il partage avec nous des premiers conseils pour y suivre le programme PVT. La suite de l’article se trouve sur le site original, Votre Tour du Monde.

La Nouvelle-Zélande. La terre des hobbits, des volcans enneigés, des plages de sable noir, de ses étendues sauvages à perte de vue. Comment ne pas résister à l’appel d’y passer un an, de découvrir soi même ce pays, ses habitants, sa culture? Si cela vous parle, le Working Holiday Visa est peut-être fait pour vous!

Si vous avez moins de 30 ans,vous pouvez passer un an sur place, travailler et découvrir ce pays magnifique. Moins connu que sa grande soeur l’Australie, le Working Holiday visa en Nouvelle-Zélande commence depuis 4/5 ans à attirer de plus en plus de monde (sans doute que la coupe du monde de rugby en 2011 ainsi que les récents films du Seigneur des Anneaux/Hobbit y sont pour quelque chose). Comment organiser un an sur place, comment trouver du travail, un appartement? On vous explique tout ici.

L’arrivée sur place et les premiers jours

Concernant la somme à emporter pour une année en Nouvelle-Zélande, on conseille d’avoir 4000/5000 dollars sur son compte (environ 3500 à 4000 euros) afin d’arriver l’esprit tranquille, et bien sûr de pouvoir prévoir en cas de coup dur. Beaucoup de personnes partant un an en Working Holiday Visa prennent un aller/retour en avion… Réfléchissez bien, la Nouvelle-Zélande est proche des iles du Pacifique (Samoa,Tonga,Fidji,Nouvelle Calédonie) et sur le chemin du retour vous avez l’Asie qui peut être un stop intéressant avant de rentrer en France. Privilégiez un billet Open avec date de retour modifiable ou prenez juste un aller simple et voyez sur place comment vos plans évoluent!

Ça y est, vous venez de débarquer a Auckland ou Wellington, vous vous étirez après avoir passe en moyenne 28h d’avion à côté d’un voisin ayant ronflé tout le long, et votre première pensée est toute simple: un lit et une douche. On conseille de réserver à l’avance ses premières nuits dans un pays que l’on ne connaît pas, surtout de l’autre cote de planète!

Des sites comme hostelworld.com ou booking.com sont très pratiques pour vous aider à faire votre choix, parmi les centaines de backpackers (auberge de jeunesse) existant dans le pays.

Si vous voyagez seul, privilégiez les dortoirs (4 ou 6 maximum si vous voulez un peu d’intimité et de sommeil). Si vous êtes en couple, une chambre double sera plus appropriée. Comptez en moyenne 50 a 60$ pour une chambre double et 20 a 25$ pour un lit en dortoir.

Après une bonne nuit, profitez de votre première journée sur place pour faire toutes les démarches administratives. Premièrement, l’ouverture d’un compte en banque, car pour pouvoir toucher son salaire en Nouvelle-Zélande, il vous faut un compte Néo-Zélandais.

Rassurez-vous, vous n’êtes plus en France, et tout est beaucoup plu simple ici, vous entrez dans une banque (les principales étant Westpac, ANZ, et KiwiSaver), avec votre passeport et une adresse de domicile en Nouvelle-Zélande (une adresse d’auberge de jeunesse suffit), et votre compte sera ouvert en 10 minutes, montre en main! Vous recevrez votre carte bancaire sous 10 jours. Utilisez ce temps pour faire un transfert international de votre compte en France vers la Nouvelle-Zélande, comme ça, lorsque vous recevrez votre nouvelle carte, l’argent sera déjà sur votre compte.

Autre point important: Demandez une carte bancaire avec laquelle vous pouvez payer en ligne, car beaucoup de réservations (hôtels/vols/activités) se font sur internet et nécessiteront une carte valide en ligne.

 

Par Romain Buisson, de France

Advertisements

5 choses qu’on ne peut faire qu’à Los Angeles et nulle part ailleurs !

L’article a été initialement publié sur le blog de Faustine, Plan B pour L.A.. Suivez ses aventures de voyage sur son site.

Bon, ok, je vous l’accorde, il n’y a pas QUE à Los Angeles que vous trouverez cette liste de choses à faire. Mais je vous mets au défi de me trouver sur cette planète un seul endroit qui les réunit TOUTES… Non, non, ne cherchez pas, c’est impossible!

Skier et surfer… dans la même journée

» T’es ou? Viens à la plage, les vagues sont dingues! »

» Attends, je finis ma piste noire et je te rejoins! »

Cela vous semble être une conversation improbable? Pas quand vous vivez à Los Angeles! La proximité des plages et de la montagne est l’un des nombreux avantages qu’offre la ville. Et le grand défi des Californiens, c’est bien évidement de tâter le sable et la neige, tout ça le même jour. Alors, hop! Prenez vos skis et votre planche de surf direction Big Bear, un petit domaine skiable à moins de 2h de route, puis redescendez tranquillement vers Malibu pour surfer sur les dernières vagues du Pacific.

Petite précision tout de même: pas la peine de relever le défi en été, vous ne trouverez pas le moindre flocon!

Fumer de la marijuana… en toute légalité 

La consommation de marijuana est légale à Los Angeles à partir du moment ou vous avez une prescription médicale. Une petite visite au médecin parce que vous êtes en manque d’appétit ou parce que vous souffrez d’insomnie et vous obtiendrez une carte qui vous donnera accès à ces drôles de boutiques aux vitres teintées. Ensuite il suffit d’aller faire votre shopping en toute légalité. Des cookies, du chocolat, du thé… c’est comme au supermarché en fait!

Attention: je ne suis pas en train de vous influencer à consommer cette drogue. N’étant moi-même pas consommatrice et non-fumeuse, je suis bien mal placée pour vous conseiller. Mais voilà encore une des choses insolites que vous trouverez à Los Angeles!

Croiser des célébrités partout… et ne même plus être étonné

Los Angeles est bien connue pour être la ville du cinéma. Il n’est donc pas étonnant de trouver une concentration d’acteurs, chanteurs et autres personnalités plus élevée que nulle part ailleurs. A la plage, au resto ou au supermarché, vous ne compterez plus les fois où vous vous direz « tiens, il me dit quelque chose celui-là »! Et si vous n’avez pas eu votre quota de VIP, vous pouvez toujours jouer les touristes en prenant un de ces minibus qui vous conduira dans les quartiers chics de la ville où se trouvent les villas des plus grandes stars hollywoodiennes. Bon, là il y a peu de chances pour que vous croisiez Britney Spears en train de faire son jogging! Quoique…

Changer de métier… comme on change de chemise

Peu importe votre Bac +5 avec mention ou votre BEP mécanique, si vous rêviez d’un changement de carrière, vous avez posé vos valises au bon endroit. Alors, attention! Je ne dis pas que vous trouverez du boulot en claquant des doigts. Au contraire, il est même assez difficile de décrocher un vrai travail (j’entends par là 35h, en CDI, bien payé, derrière un bureau… le rêve quoi!). Mais les opportunités ne manqueront pas, encore faut il les voir. N’ayez pas peur de pousser les portes, ne vous dites pas « j’ai pas le niveau ». Ici, tout ce qu’on vous demandera, c’est de faire vos preuves. Si vous êtes prêt à vous salir un peu les mains et que vous avez un minimum de culot, l’American Dream est à porté de main.

Etre vous-même… tout simplement

On a tendance à penser que Los Angeles est une ville surfaite, avec tout ces soit-disants photographes, acteurs, mannequins, producteurs en mal de reconnaissance. C’est vrai.

Mais justement, tout ces artistes en devenir doivent redoubler d’effort pour sortir du lot. Et finalement, personne n’est vraiment “quelqu’un” et ca, ca permet à chacun de se rendre compte de sa vraie valeur – si lui il y arrive, pourquoi pas moi ? –

On vous jugera pour ce que vous apportez, pour ce que vous dites, vos idées. Mais pas parce que vous connaissez un tel ou parce que vous avez un sac de créateur. Tout le monde s’en fout et ça fait du bien.

Sans même vous en rendre compte, vous devenez ce que vous VOULEZ parce qu’il n’y a plus de modèle. Vous ouvrez les yeux sur vos vraies motivations. Personne ne vous dira que vos rêves sont inategnables, personne ne perdra son temps à vous dire quoi faire car tout le monde est déjà bien trop occupé à vivre son rêve américain.

Alors bien sur, je ne vais pas vous mentir, niveau hypocrisie, la barre est haute. Mais vous vous en rendrez compte assez facilement et vous finirez par jouer le jeu, à déceler le vrai du faux. Vous ne tomberez pas dans le panneau puisque vous aurez compris que c’est la façon de faire ici.6909688322_988c03ce6d_o

Et d’un coup, sans l’attendre, vous ferez LA rencontre. Cette personne vraie, comme vous, qui ne triche pas, qui est juste là et qui vous dit « je suis juste comme ça, et toi ? ».

Photo: Nathan/Flickr
Par Faustine Croquison, de France

L’Australie, entre deux eaux

12348078_10153397927206633_7235723284496595119_nL’article a été premièrement publié sur le blog d’Alexia. Vous pouvez visiter son blog afin de suivre ses aventures en Australie.

Ça y est, nous sommes en octobre et à ce moment précis, je serai dans l’avion pour Melbourne après une escale de deux heures à Abu Dhabi (qui, d’après notre ami Wikipédia, veut littéralement dire « le père de la gazelle »…).

Le stress commence sérieusement à monter, surtout lorsqu’il y a les dilemmes incessants tels que : est-ce que je prends mon ordinateur avec ; est-ce que je prends un sac de couchage ; ou toutes autres questions sans bonne réponse.

À 20 jours de l’atterrissage, tout est fait : l’assurance, le billet et le visa ont été payés, le changement de plan tarifaire Prox vient d’être fait, les différents check-up médecin/dentiste ont été faits depuis bien longtemps, etc. Plus qu’à confirmer mon arrivée auprès de mes hôtes et à penser au sac ainsi qu’au plan pour les premiers jours/premières semaines – parce que tout le monde le sait, trop d’organisation tue l’organisation… enfin, il parait.

Je pourrais vous partager mes plans mais ce serait gâcher la surprise ou pire, trahir/décevoir – même si le mot est mal choisi mais impossible de retomber sur le bon terme – les attentes de certains, voire même les miennes. Alors oui, j’ai un plan dans ma tête mais non, je ne vous le partagerai pas 😀 – mais je vous aime quand même. Une chose est sûre, je compte faire le tour de l’Australie dans le sens des aiguilles d’une montre. Ah oui et je peux aussi vous dire que le 10 novembre, je serai au concert de Florence and the Machine à Melbourne !

Cet article ne vous avance pas beaucoup, je sais bien mais, si vous cherchez bien, il y a quand même quelques informations à en tirer !

Sur ce, je vous laisse avec une phrase à méditer, et un petit clin d’œil que certains comprendront 🙂

Par Alexia Cappuyns, de Belgique