Tag Archives: liberté

5 choses qu’on ne peut faire qu’à Los Angeles et nulle part ailleurs !

L’article a été initialement publié sur le blog de Faustine, Plan B pour L.A.. Suivez ses aventures de voyage sur son site.

Bon, ok, je vous l’accorde, il n’y a pas QUE à Los Angeles que vous trouverez cette liste de choses à faire. Mais je vous mets au défi de me trouver sur cette planète un seul endroit qui les réunit TOUTES… Non, non, ne cherchez pas, c’est impossible!

Skier et surfer… dans la même journée

» T’es ou? Viens à la plage, les vagues sont dingues! »

» Attends, je finis ma piste noire et je te rejoins! »

Cela vous semble être une conversation improbable? Pas quand vous vivez à Los Angeles! La proximité des plages et de la montagne est l’un des nombreux avantages qu’offre la ville. Et le grand défi des Californiens, c’est bien évidement de tâter le sable et la neige, tout ça le même jour. Alors, hop! Prenez vos skis et votre planche de surf direction Big Bear, un petit domaine skiable à moins de 2h de route, puis redescendez tranquillement vers Malibu pour surfer sur les dernières vagues du Pacific.

Petite précision tout de même: pas la peine de relever le défi en été, vous ne trouverez pas le moindre flocon!

Fumer de la marijuana… en toute légalité 

La consommation de marijuana est légale à Los Angeles à partir du moment ou vous avez une prescription médicale. Une petite visite au médecin parce que vous êtes en manque d’appétit ou parce que vous souffrez d’insomnie et vous obtiendrez une carte qui vous donnera accès à ces drôles de boutiques aux vitres teintées. Ensuite il suffit d’aller faire votre shopping en toute légalité. Des cookies, du chocolat, du thé… c’est comme au supermarché en fait!

Attention: je ne suis pas en train de vous influencer à consommer cette drogue. N’étant moi-même pas consommatrice et non-fumeuse, je suis bien mal placée pour vous conseiller. Mais voilà encore une des choses insolites que vous trouverez à Los Angeles!

Croiser des célébrités partout… et ne même plus être étonné

Los Angeles est bien connue pour être la ville du cinéma. Il n’est donc pas étonnant de trouver une concentration d’acteurs, chanteurs et autres personnalités plus élevée que nulle part ailleurs. A la plage, au resto ou au supermarché, vous ne compterez plus les fois où vous vous direz « tiens, il me dit quelque chose celui-là »! Et si vous n’avez pas eu votre quota de VIP, vous pouvez toujours jouer les touristes en prenant un de ces minibus qui vous conduira dans les quartiers chics de la ville où se trouvent les villas des plus grandes stars hollywoodiennes. Bon, là il y a peu de chances pour que vous croisiez Britney Spears en train de faire son jogging! Quoique…

Changer de métier… comme on change de chemise

Peu importe votre Bac +5 avec mention ou votre BEP mécanique, si vous rêviez d’un changement de carrière, vous avez posé vos valises au bon endroit. Alors, attention! Je ne dis pas que vous trouverez du boulot en claquant des doigts. Au contraire, il est même assez difficile de décrocher un vrai travail (j’entends par là 35h, en CDI, bien payé, derrière un bureau… le rêve quoi!). Mais les opportunités ne manqueront pas, encore faut il les voir. N’ayez pas peur de pousser les portes, ne vous dites pas « j’ai pas le niveau ». Ici, tout ce qu’on vous demandera, c’est de faire vos preuves. Si vous êtes prêt à vous salir un peu les mains et que vous avez un minimum de culot, l’American Dream est à porté de main.

Etre vous-même… tout simplement

On a tendance à penser que Los Angeles est une ville surfaite, avec tout ces soit-disants photographes, acteurs, mannequins, producteurs en mal de reconnaissance. C’est vrai.

Mais justement, tout ces artistes en devenir doivent redoubler d’effort pour sortir du lot. Et finalement, personne n’est vraiment “quelqu’un” et ca, ca permet à chacun de se rendre compte de sa vraie valeur – si lui il y arrive, pourquoi pas moi ? –

On vous jugera pour ce que vous apportez, pour ce que vous dites, vos idées. Mais pas parce que vous connaissez un tel ou parce que vous avez un sac de créateur. Tout le monde s’en fout et ça fait du bien.

Sans même vous en rendre compte, vous devenez ce que vous VOULEZ parce qu’il n’y a plus de modèle. Vous ouvrez les yeux sur vos vraies motivations. Personne ne vous dira que vos rêves sont inategnables, personne ne perdra son temps à vous dire quoi faire car tout le monde est déjà bien trop occupé à vivre son rêve américain.

Alors bien sur, je ne vais pas vous mentir, niveau hypocrisie, la barre est haute. Mais vous vous en rendrez compte assez facilement et vous finirez par jouer le jeu, à déceler le vrai du faux. Vous ne tomberez pas dans le panneau puisque vous aurez compris que c’est la façon de faire ici.6909688322_988c03ce6d_o

Et d’un coup, sans l’attendre, vous ferez LA rencontre. Cette personne vraie, comme vous, qui ne triche pas, qui est juste là et qui vous dit « je suis juste comme ça, et toi ? ».

Photo: Nathan/Flickr
Par Faustine Croquison, de France

Advertisements

Le parc Omega, Montebello QC, Canada

L’article provient de Simon, à partir de son blog Chti-canadien, relu et corrigé pour le blog First Exploration

Hé toi! Oui toi?
Tu veux voir de la bestiole?

Si tu veux voir à quoi ressemble tes steaks de wapiti depuis la base c’est la que tu dois aller, au parc OMEGA!!!
C’est l’espace où tous les animaux sont en “semi-libertés”. Le principe est simple: il te suffit de ramener tes fesses en voiture, c’est tout.
A environ 1h de route seulement , c’est l’une des activités incontournables de la région. Au rendez-vous, tu pourras y trouver:
des ours brun, des wapitis, des cerfs, des caribous, des orignaux, des bisons ….
et surtout quelque touristes qui vienne acheter le sac de carottes à 10$

Comme un bon québécois il ne faut pas dire un orignal mais un original!

Et surtout n’oubliez pas vos gros sacs de carottes.

Par Simon Durand, de France

Nouvelle-Zélande #6 Road Trip

RoadtripL’article a été publié initialement sur le blog d’Alice, Lilikus.

Avec ma copine Lara, on a fait un road trip en Nouvelle-Zélande. On a décidé de louer une voiture et d’acheter du matos de camping pour être un maximum libre de nos déplacements. Je peux te dire que c’était une méga bonne idée ! On a vu des paysages de dingues et on a pu s’arrêter PARTOUT et surtout EXACTEMENT là ou en avait envie. Et ça, ça n’a pas de prix. A nous la LIBERTE !

Alors je te dis tout ça parce que j’ai une anecdote rigolote (ou pas) à te raconter. Tu sais qu’en Nouvelle-Zélande, les saisons c’est pas pareil qu’en Europe ? Je suis arrivée en février et il faisait bien chaud, normal c’était l’été ! On a commencé notre road trip début mars, il faisait toujours bon. Puis au fur et à mesure qu’on descendait vers le Sud, il faisait de plus en plus froid. D’une part parce que plus tu descends plus tu te rapproches de l’Antarctique et d’autre part parce que l’été commence à toucher à sa fin.
Nous, on a fait nos 2 semaines de road trip en camping. C’est plus économique que les auberges et surtout, tu plantes ta tente presque partout et surtout dans des endroits incroyables. Certes, une nuit en tente n’est pas aussi confortable qu’une nuit dans un vrai lit (je dormais sur un matelas de 1 cm d’épaisseur, tu vois le genre de matelas de yoga, là) MAIS se réveiller le matin et avoir une vue sur un lac ou dans la montagne, ça n’a pas de prix !
P1012093Vers fin mars, on arrive dans la région du fiordland et on trouve un joli spot sur la route vers le Milford Sound, pas loin de Te Anau. Ravies par la jolie vue sur les montagnes, on plante notre tente dans la plaine. On se dit qu’on aura trop de chance de se réveiller dans un paysage pareil le lendemain matin !
Ce soir là, il fait un peu froid alors on cuisine quelque chose de bien chaud. Lara-la-chef-coq a toujours plein de bonnes idées de délicieux petits plats. Ici, on a préparé du kumara (patate douce) avec des tomates, du riz et de la coriandre et une sauce curry-coco ! MIAM, un régal comme d’habitude ! Comme quoi, ce n’est pas parce qu’on campe qu’on doit manger des nouilles ou de la soupe en sachet !
Le soir, on va se brosser les dents à la rivière. Il faut savoir que dans les campings du DOC (Department of Conservation), il n’y a pas de douches. A peine un petit robinet délivrant un pipi d’eau et des toilettes sèches (une merveilleuse invention – BEURK). Donc, prendre une douche, c’est une fois tous les deux ou trois jours en fonction de ce qu’on trouve (un lac, une rivière, la mer… ou une vraie douche). On décide qu’on a quand même envie de se laver les pieds histoire de se sentir un tout petit peu fraîches. L’eau est GLA-CIALE. En plus, il fait tout noir et il y a des rochers pas très stables un peu partout où tu marches. Bon, c’était pas une super idée ce bain de pieds.
tambouilleVoilà, on va se coucher. Je pense que cette nuit là je portais à peu près tous les vêtements que je possédais dans mon sac à dos. Il faisait vraiment FROID. Je me suis remerciée intérieurement d’avoir opté pour le sac de couchage le plus chaud alors que j’hésitais à en prendre un tout fin. Bon, faut essayer de dormir. Il faut dire que les pieds gelés par l’eau glacée dans laquelle on venait de tremper nos pieds n’a pas beaucoup aidé à l’endormissement. Alors on s’est collées l’une à l’autre pour essayer de garder au maximum le peu de chaleur qu’on avait dans cette tente. Ça n’a pas vraiment aidé. Je pense que j’ai fini par dormir quelques heures, complètement blottie à l’intérieur du sac. J’ai pu fermer le capuchon du sac de couchage jusqu’au dessus de ma tête, en mode momie. C’était la seule solution pour garder un peu de chaleur.

Le lendemain, réveil extrêmement difficile. Pas beaucoup et pas bien dormi. Nos pieds sont toujours gelés, pas eu moyen de les réchauffer. On se dit que c’était vraiment dur dur cette nuit et qu’on a plus trop envie de revivre un truc pareil. On a jamais eu aussi froid.

image3876En ouvrant la tente, je trouve que le tissus est fort rigide. C’est pas comme d’habitude ou quand j’ouvre la tente, il y a des gouttelettes de condensation qui me tombent dessus. Là il y a rien qui tombe et le tissus est comme du carton. On se rend compte que la tente a gelé cette nuit et qu’elle s’est transformée en gros glaçon. Nous avons dormi une nuit dans un GLAÇON !

T’aurais dû voir nos têtes quand on a ouvert la tente. Hallucinées par la vue sur la plaine brumeuse, l’herbe gelée, la tente gelée, la voiture gelée. J’arrive pas à croire qu’on ait dormi dans un froid pareil ! “Dormir” est un grand mot, je pense que je n’ai jamais eu aussi froid de toute ma vie. On était vraiment pas du tout équipées pour des températures pareilles. Alors petit conseil à toi qui me lit, ne fais JAMAIS du camping dans une plaine exposée au vent au mois de mars dans le Milford parce que ça image5195CAILLE. Et surtout, achète du matos convenable si t’as quand même envie de tenter l’expérience !
On a directement préparé du thé et on a fait chauffer des petits pains. On a quand même voulu laisser la tente ouverte pour profiter du paysage. Malgré le froid, la vue était pas mal du tout. Mais j’avoue, ce jour là, j’aurais tout donné pour une bonne douche bien bouillante. A présent, quand j’ai un peu froid, je repense à ce moment et je me dis que ce n’est pas si terrible que ça, que j’ai déjà vécu bien pire.
Par Alice, de Belgique