Tag Archives: travel

CANADA 2014- Notre PVT/WHV. Un an pour travailler-voyager et découvrir tout le pays.

Lio nous raconte ses expériences autour du globe. Elle nous fait partager son récit au Canada, où sont voyage à commencer au Québec. En voici une première partie, lisez le reste de son aventure sur son propre blog.

Une année riche en aventures et en émotions.

Une année, plusieurs vies, différents domaines (cuisine, fruits, ménage, …) Des températures extrêmes (-45 en hiver, 48 en été), des paysages différents, incomparables mais tous sublimes, la vie en voiture- appartement – tente – ….

Un PVT/WHV ça change une personne.

Les expériences se multiplient, les aventures s’enchainent, les rencontres aussi.

Je suis contente d’avoir partagé cette aventure, que ce soit dans les moments difficiles comme dans les moments faciles.

Une aventure comme ça, au final, on a beau la raconter oralement, en photos, en articles, vidéos.. ça ne se « comprends » pas, ça se vit.

Mais j’essaye tout de même de détailler chaque étapes importantes de mes voyages, pour vous transmettre mes émotions et raconter mes petites aventures à l’autre bout de la terre.

Premier mois à Québec

Notre aventure ensemble commence dans ce joli quartier.

On loue un 3 1/2 ; 3 pieces + une salle de bain.

Premiers jours à Québec : repos, chercher du travail, faire des courses, découvrir notre nouveau quartier.

Carnaval de Québe

En février, la ville de Québec organise son « carnaval » avec : des sculptures de glaces, des attractions comme la descente en luge, courses de chiens de traîneaux, pêche à la truite, tournoi de hockey, … Il suffit juste d’avoir acheté effigie « petit bonhomme » et on est libre de se promener partout dans le parc.

Le dernier soir, il y a un défilé de chars dans les rues de Québec, et un spectacle dans un parc à 500 m de notre appartement. On y a rejoint Matthieu (le belge), sa copine Sonia (québécoise) et une amie à elle.

Il est temps de changer d’air …

Marre de la vie métro-boulot-dodo .

On se renseigne pour acheter une voiture. Un français en PVT également cherche justement des nouveaux propriétaires pour reprendre sa voiture : un break « Saturn ». Après des heures de négociations… on fixe une rendez-vous pour l’a voir.Après 3 mois à Québec, il est temps de changer d’air…

Elle nous plait… on l’essaye… on l’a prend. Maintenant, direction : la SAAQ, on immatricule notre nouveau Bébé, on nettoie notre appartement, on charge la voiture et c’est parti… BYE BYE QUEBEC, direction l’Alberta.

Ce fut long, certains états sont « plates » comme disent les québécois, des heures dans la même positions (souvent on roulait 8-10h par jours), des nuits dans la voiture, motel, camping sauvages, de la mal-bouffe, les CD en boucle, des radios qu’on ne capte pas, …

Mais WOW! Ça valait le coup. Et puis on peut le dire : On a traversé le Canada en bagnole !

Par Lio, de Belgique

Erasmus break in Stokholm, Sweden

I went to Sweden 2 years ago to do my Erasmus back there. Sweden was quite of a dream for me, I always wanted to go to Scandinavia and so when I had the opportunity to go there for my studies, I took this opportunity.

I lived in a small city north from Uppsala called Falun. However I’m going to talk about the capital city of Sweden: Stockholm. So far it’s my favorite capital! What is great about Stockholm is that it is a sort of archipelago, you have water everywhere and it’s very clean! You can have a look at it and you won’t find any trashes inside. The other positive aspect of Stockholm is that the city is “small” you can basically walk everywhere and avoid the subway (which is expensive, because let’s admit it, Sweden is bloody expensive especially alcohol!). So when I was in Stockholm I’ve never been in the subway BUT you should give a look over there, the walls inside are painted and are beautiful. Now, what shall you do in Stockholm? Well, my favorite part was Gamla Stan (the old town) a little island with paved streets and little cute shops (this little island was the heart of Stockholm in the early days). You can have a nice walk everywhere in this island; however beware of the tourists in summer, since the streets are really narrow you can barely walk there. Another great thing I’ve found in Gamla Stan is Aifur; a Viking restaurant where you can drink mead, eat a Viking meal on a large wooden table, listening to live music. The food/drinks are quite expensive but are delicious (they even have a vegetarian/vegan option) and the atmosphere there is incredible. You won’t find anything similar elsewhere. (If you don’t want to wait too long at the entrance you should book it before coming!).

What you can also do is going to the castle and watch the changing of the guard (not as impressive as the British one but still nice to see)

Stockholm has a lot of museum as well; the most famous could the vasamuseet: where you can visit a ship. You will find it in Djugården. In this island you can have a nice walk as well if the weather allows it or just go to ABBA’s museum (no kidding it exists). If you’re in a party mood I’m sure you will find plenty of places to go but be careful because most of the club won’t allow you do go in if you’re under 20 (which was my case when I was there so I cannot give any advices regarding clubs). Same for alcohol! In Sweden you can only buy alcohol in a shop called Systembolaget, there you will find plenty of alcohol but it’s quite expensive, and moreover if you are under 20 you won’t be able to buy anything from there (they control ID cards). However, somehow in some bars you can get any drinks you want although you’re younger than 20 (I still don’t get it –anyway-). To conclude: if you have the chance to go to Stockholm, just take it!

By Lucile Rouet, from France

How a couple of Athenians became like family in only five days

IMG_0821
Credits : Toon Voets

I’m almost in Athens, Greece. Golden fields disappear from my view. They are replaced by concrete. In the Macedonian capital Skopje, I used CouchSurfing for the first time. Athens will be my second CouchSurfing experience. It is always exciting to get to know it would go on. When I arrive at the station of Athens, my hosts Alexandros and Ilias are already waiting for me. Phew, they have not forgotten me.

The table in the apartment of Alexandros’ family is ready. Greek delicacies are ready to be eaten. But first they have a surprise for me: a little road trip to Cape Sounion. “It is worth the 40 minute ride.” And they were right.

A five days stay in Athens must be enough to visit everything. Through the day I would have to amuse myself without company, but in the evening Alexandros and Ilias had time for me. Or that was how I thought it would go. But in the end I was only alone in Athens for one day and I even witnessed local Greek elections. And we saw a lot more than just Athens.

The big road trip

“I just called Alexandros. Maybe, if you want, we can visit some other sites in Greece together?” – Ilias

Whaaat? That’s something you don’t have to ask me twice. So we jump in the old jeep of Ilias’ dad. First stop: the Corinth Canal. Next on the menu: Mycenae with the famous Lion Gate and the old Greek capital Nafplion. In Nafplion I meet the climbing legs of the Greek. A staircase with thousand steps was no problem for them. And for me… Yeah.

#Historynerd

I am a #historynerd, so it is a hashtag I like to use. And by coincidence Alexandros and Ilias are history students. Perfect match. They know a lot about the richly filled Greek history. Calling them a walking encyclopedia would be disrespectful, but how much they can learn me about their country is really amazing.

But there was one thing they did not know. Behold, the fun fact that became the fun fact of the trip: King Leopold I, the first king of the Belgians, once had the chance to take the Greek throne. But today, Greece is no longer a Monarchy.

Also in Athens Alexandros and Ilias show me around. Interesting museums, but also shisha bars and the best places to eat “souvlaki”. Even the classmates of my hosts join us. Fancy names like Theodoris and Konstantinos become part of the fellowship.

Beer with a view

“All my friends love that place! You have to see it!” – Ilias

It is the last day in Athens. It is the forth day Ilias is talking about his rooftop terrace. Alexandros confirms: “Maybe it is the most beautiful spot of Athens.

So on my last evening it is finally time to visit that spot. With a bag full of Belgian beers we get in the elevator and press button number six. The view indeed is marvelous. There is no better way to end a week with your “adopted family”.

By Toon Voets, from Belgium
http://gaateensvoets.com/
https://www.instagram.com/gaateensvoets/

Trip to Costa Rica

By Rodolphe Wilhem, from France
http://globrod.com/
Photo : Christian Arballo/ Flickr

Munich and Hanover

Par Christelle Malfait, de Belgique

Traversée de l’Amérique du Nord, Partie 1/6 – Vers l’Ouest

static1.squarespace.comL’article provient du blog de Maxime, Terres Perdues. Il nous présente une partie de son périple en Amérique du Nord avec First Exploration. 

Naissance. Renaissance. Voilà les mots qui me viennent à l’esprit lorsque je songe à mon arrivée sur le continent nord-américain.

9 avril 2015. Enfin, je posais le pied au Canada, débarqué à Montréal en début d’après midi après un long vol direct depuis Paris et 6 heures de décalage horaire ; d’abord avec un visa de tourisme valable 6 mois, puis dans la foulée un permis de travail de 2 ans (dont l’obtention ne reposait que sur la chance et n’était donc pas certaine) – que je validerais vers la fin de mon premier visa – et qui me permettrait de financer la suite d’un voyage qui m’avait déjà coûté presque toutes mes économies. Je retrouvais Camille, arrivée là-bas un mois auparavant grâce à ce fameux permis de travail – obtenu l’année précédente, et qui expirait, si non validé, avant la mi-mars.

Ce qui était prévu pour la suite : rester à Montréal un peu plus d’un mois et y préparer un voyage pour le Yukon, où nous devions arriver fin juin.

La tour du parc olympique de Montréal, perdue dans les brumes après le passage d’un orage très pluvieux. Une vue qui nous fut familière pendant quelques semaines, alors que nous étions hébergés chez des amis habitant l’ancien village olympique.

Au bout de quelques semaines, nous voilà fin prêts. Matériel et voiture achetés, itinéraire préparé minutieusement, le départ est planifié pour le 22 mai, à l’aube.

Parallèlement, je donne quelques cours de photographie tout au long du mois, ce qui me permet de mettre encore un peu d’argent de côté.

Notre voiture est une vieille Pontiac Trans Sport de 1994, improbable rencontre entre un TGV, un vaisseau spatial et un minivan. La veille du départ, nous avons du remplacer le pot d’échappement, qui avait manifestement décidé de s’en aller vivre sa vie de son côté. Pas de quoi nous rassurer, mais mieux valait que ça arrive à ce moment là que pendant le voyage… Pour le reste, elle est en bon état, visuellement parlant, et le moteur a été refait en 2007. Dans tous les cas, pour 1000$, difficile de trouver mieux en si peu de temps, et quoi qu’il en soit elle roule bien, est très confortable, et le moteur a un bon bruit. Nous avons aménagé l’arrière pour pouvoir y dormir et ranger le matériel sous le lit, un confort luxueux quand on repense à ces longues nuits passées sur les sièges passagers d’une petite Peugeot lors de nos précédents road trips européens…

21 mai 2015

static1.squarespace.com2Comment se sent-on la veille d’un départ comme celui-ci ? Départ pour une traversée de l’Amérique du Nord, du Québec au Yukon en passant par les États-Unis puis les Rocheuses canadiennes, avant d’approcher enfin le cercle polaire, et l’Alaska. C’est un sentiment étrange…

Traverser l’Atlantique fut quelque chose de particulier, déjà, sachant qu’il n’y aurait pas de trajet retour avant bien longtemps, qu’il n’y aurait peut-être même jamais de retour définitif. Mais penser à ces milliers de kilomètres que l’on va parcourir pour arriver, quelques fuseaux horaires plus loin, sous des latitudes nouvelles, est une sensation bien particulière.

Nous savions que, durant plus d’un mois, l’inconnu jalonnerait notre route. Paysages, scènes et situations imprévisibles, sans oublier d’inévitables rencontres. Mais nous étions loin de nous douter qu’à la fin, ce voyage prendrait une tournure bien différente de celle que nous avions pu imaginer…

Dans les grandes lignes, notre itinéraire partirait de Montréal vers Détroit et Chicago, en passant avant ça par le sud du lac Ontario et le Niagara, puis nous arriverions dans les fameuses grandes plaines – et leurs orages – des États de l’Illinois, de l’Iowa, du Nebraska, du Kansas (même si ce dernier n’était pas prévu initialement), nous remonterions ensuite vers le Dakota du Sud, du Nord, puis traverserions le Montana avant de repasser au Canada en Alberta, puis en Colombie Britannique, d’où nous ferions un autre détour imprévu dans l’Alaska Panhandle (partie sud, côtière, de cet État américain bien isolé), avant d’arriver, enfin, dans le Yukon, du côté de Whitehorse, puis plus au nord, près d’un petit village perdu dans les montagnes.

Montréal, 7h30 du matin, vendredi 22 mai 2015.

Le grand départ. Tout est chargé depuis la veille, nous montons dans la voiture et partons. Après un certain temps dans les embouteillages, nous voici hors de la ville, et très vite, nous arrivons en Ontario.

Après une pause “petit déjeuner”, nous sommes à la frontière Canada – USA. Une petite épreuve en soit. Le douanier nous envoie dans les locaux du poste, où nous devons répondre à une série de questions (toutes plus suspicieuses les unes que les autres) et remplir quelques formulaires, pendant qu’ils regardent dans notre van si il n’y a rien de louche.

Finalement, après avoir obtenu le précieux tampon sur notre passeport, nous pouvons reprendre la route, et après avoir traversé un fleuve nous arrivons dans l’État de New York. Nous y voilà : Les États Unis.

 

Ride in West MacDonnell Ranges, Australia

This story comes from the blog of Laetitia: Cycling, a taste of Freedom.

Back on the road, open to the world, contacted with the wonders of nature. see the beautiful colours as the sun provide us hear the wonderful sounds of nature. Feel the earth that makes us live.

I share few days with Sven who travelling in Australia on a mountain bike mainly on dirt road (his blog : http://www.wtfisalice.de/)

My time in the magnificent gorges reminded me the gap between the Aborigines and White Australians.
I noticed that the aborigines culture is unknown/unheeded/unrecognized by many people, many said me there are no cultures and histories in AustraliaWhile this is completely false, the Aborigines are set aside once Moreover, While these peoples take care of the lands since hundred years and have lots of different languages, stories, knowledge… Obviously the history and culture are more difficulty liveable and understandable for us since they are accessible by a small number of museums and tourists places. We missed this chance when the White people wanted to take control of their territory instead of to respect, to listen and to learn…
The Aborigines peoples don’t share their knowledge with anyone and I can understand because its something from their family, part of their heart, I think its something personal.

I am aware when I walk through the land  that after hundreds of years a rich and strong culture to maintain in each rock, each earth, and each springs. 

 I wish to have the opportunities during my journey to share cultures with aboriginals.

Maybe the people don’t feel the Australian history because it’s not finished?

By Laetitia, from France